Réflexion de la semaine

RÉFLEXION DU 5 JUILLET 2020

14e dimanche A

Se laisser aimer pour naître

 

L’évangile d’aujourd’hui est une bonne nouvelle, une espérance. Le joug qui pesait sur le peuple était lourd et pratiquement impossible à porter. Ce joug, c’était la Loi juive avec ses 613 commandements et préceptes qui devaient être observés si on voulait plaire à Dieu : « un joug que ni nos pères ni nous-mêmes n’avons été capables de porter », disait l’apôtre Pierre (Actes 15, 10).

 

Alors quand Jésus dit que son joug est facile à porter, c’est vraiment une bonne nouvelle ! Cela ne veut pas dire que ce n’est pas exigeant, mais que celui qui porte ce joug possède une force nouvelle. Jésus vient proposer une nouvelle manière de vivre : se laisser aimer par Dieu le Père. Son message s’adresse tout d’abord à ceux et celles qui peinent et qui souffrent, ceux qu’on méprise, qu’on ignore, qu’on abaisse…

 

Dans la même direction que le Christ

 

Le joug est une pièce de bois qui permet notamment d’atteler deux animaux de trait. C’est ainsi qu’ils pourront avancer ensemble dans la même direction, sans s’écarter l’un de l’autre. Il permet de mettre les forces en commun pour les diriger vers un but. (M-T. Hautier). Le joug de Jésus n’est donc pas un fardeau, mais un rappel de sa présence qui me permet d’avancer dans la vie et de marcher vers le même but que lui, Jésus. Voilà pourquoi il dit que son joug est facile à porter et son fardeau léger, c’est parce qu’il est avec moi et que j’accepte de marcher avec lui. Comme dans un couple ! D’ailleurs nous retrouvons le mot « joug » dans le mot « conjugal » qui évoque le partage au sein du couple des joies et des peines !

 

Prier à partir de notre vécu

 

Au début du texte Jésus fait une prière de louange. Pourquoi ? Pas parce que tout va bien pour le Messie, car dans les versets précédents il doit répondre au doute de Jean Baptiste qui se demande si c’est bien lui le Messie, et en plus il n’a pas reçu bon accueil dans certaines villes proches du lac de Tibériade. C’est donc à partir de sa vie concrète que Jésus se met à prier et à louer son Père. C’est dans l’échec de la mission qu’il le loue ! Quel exemple pour nous qui bien souvent condamnons Dieu pour les difficultés que nous rencontrons.

 

« Personne ne connaît le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît le Père sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler » (verset 27). Nous avons là un beau résumé de la foi : c’est Jésus qui nous montre le vrai visage du Père, c’est lui le seul chemin pour le connaître. Pour nommer Dieu, Jésus emploie le mot « Père », un terme que les juifs n’osaient employer. Dans l’évangile d’aujourd’hui, on trouve cette appellation cinq fois ! On peut comprendre que si nous avons une relation filiale avec le Père, si nous nous laissons aimer par lui, nous pourrons le connaître, c’est-à-dire naître avec lui.

 

Sœur Chantal Desmarais s.c.s.m.

 

Questions pour un partage

 

« Frères, nous avons une dette… » (2e lecture)

  • Nous sommes probablement en dette d’amour envers tous ceux et celles qui nous aiment et en tout premier lieu envers Dieu notre Père. Comment rembourser cette dette d’amour gratuit… ?

 

« Ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. »

  • Pourquoi les tout-petits sont-ils privilégiés par Dieu ?

 

« Père,… je proclame ta louange… »

  • Est-ce que je prie à partir de ma vie et de mes soucis ? Comment faire une prière de louange quand ça ne va pas bien dans ma vie ?

Chant: VENEZ À MOI  (Robert Lebel)

R/       Venez à moi vous qui peinez, vous qui ployez sous le fardeau

Et moi, je vous soulagerai.

 

1- Vous qui portez tant de blessures au fond du cœur et dans vos corps

Vous que le passé défigure et qu'on accable de remords.

2- Vous dont on gère l’existence à coups de règles et de lois

Vous que l’on charge d’exigences en alourdissant le sabbat.

3- Vous qui n'avez plus de courage à force d'être confrontés

Aux combats de vos esclavages et aux frontières du péché.

4- Vous qui tombez de lassitude à bout de souffle avant le soir

Vous que l'on tient en servitude afin d'en tirer son pouvoir.

5 juillet 2020

 © 2015  Paroisse Saint-Joachim, La Plaine

Dernière mise à jour:

5 juillet 2020